Une roulotte à construire soi-même
Roues de récupération
Châssis tout en bois
Isolation du plancher
Panneaux des murs
Plafond incurvé
Supports de l'isolation
Isolation du plafond
Support du toit
Avancée du toit
Etanchéité du toit
Porte décorée
Aménagement intérieur

Les étapes de la construction de la roulotte

Que des gestes simples

Cette roulotte est entièrement conçue dans l'optique de l'autoconstruction : les gestes de notre méthode de fabrication de meubles (vraiment accessible à tous) sont les mêmes que ceux qui permettent de construire cette roulotte.

Quant on a réussi à faire un meuble avec notre méthode, (en suivant un de nos stages ou avec un de nos livres), on est parfaitement capable de construire la roulotte (un gros meuble à roulettes).

Cette page présente les principales étapes de la construction en quelques photos.

Le lecteur intéréssé pourra se procurer "Le Journal de la Roulotte" qui est le récit complet et commenté de cette construction.

En savoir plus :
Le livre "Le Journal de la Roulotte"

Roues de récupération
L'essieu est fixé sur une solide planche

1°) Récupérer des roues

Des roues arrières d'une vielle voiture (Fiat Panda) avec un train arrière rigide conviennent parfaitement :

  • Elles se démontent bien.

  • Sont faciles à adapter (il suffit de scier l'essieu au milieu).

  • Proviennent d'un véhicule largement répandu.

Il reste à les fixer sur une robuste pièce de bois (180cm x 20cm x 5cm) avec les brides en "U" récupérées lors du démontage.

Les essieux ont été coupés bien trop près des roues, il a fallu les consolider par la suite. Il suffisait de les couper en deux comme expliqué dans le livre "Construire sa Roulotte".
La résistance de l'assemblage collé/vissé est stupéfiante
Le tronçon transversal empêche les poutres de basculer

2°) Faire un châssis

Il s'agit de rattraper la demi hauteur des roues et de répartir la charge sur tout le plancher.

Deux grosses poutres parfaitement droites auraient convenu (7cmx22cm), mais nous avons préféré les fabriquer avec deux chevrons (5cmx7cm) reliés par des voliges de 20cm de long. Cette solution plus légère et plus facile à mettre en œuvre laisse l'accessibilité à un espace de rangement sous la roulotte.

L'assemblage est collé/vissé, les vis font office de serre-joint et la résistance vient de la colle.

Les poutres ne demandent qu'à basculer sur le côté : deux tronçons transversaux au niveau des roues les en empêchent.

Les pièces en diagonale bloquent la structure basée sur un parallélogramme qui pourrait se replier.

Les panneaux d'isolants placés entre les chevrons
Sur cette photo du prototype il manque les traverses

3°) Le plancher

Les panneaux de « trois-plis » mesurent déjà 2,05m x 5,00m : exactement ce qu'il nous faut. Coupé à 4,00m il nous restera 1m pour la terrasse.

Sous le plancher nous fixons des traverses tous les 60cm entre lesquelles prendront place les panneaux d'isolant.

Le plancher est fixé par collage et vissage sur le châssis.

Le livre "Construire sa Roulotte" propose une autre approche pour construire le plancher qui facilite la pose de l'isolation et améliore la rigidité transversale.

C'est le bon moment pour tracer et construire l'escalier, car à partir de maintenant il faudra sans cesse aller et venir du sol au plancher.

Il faut bien prendre soin de caler le premier mur
Dès le second mur posé, les choses deviennent plus faciles

4°) Les murs

Tous les murs sont en "trois-plis". Ce matériau extraordinnaire est aussi beau qu'il est résistant. Nous obtenons immédiatement un intérieur impeccable.

Solidement collés et vissés au plancher et entre eux ils contribuent à la rigidité de la roulotte.

Les ouvertures sont facilement découpées à la scie sauteuse, avant ou après la pose.

La pose des murs est facile, même seul, pourvu que les deux premiers soient bien étayés, et que le vent ne souffle pas...

Les panneaux des murs des côtés sont en deux parties, d'abord pour simplifier la manutention, et aussi pour avoir le fil du bois vertical sur tous les murs.

Les voliges sont fixées sur la tranche des cintres
Un échafaudage adapté fera économiser beaucoup de temps et d'efforts

5°) Le plafond

Le plafond est réalisé à partir de voliges recoupées à la même largeur et soigneusement poncées.

Elles sont collées et vissées sur le sommet des murs tranversaux. Quelques lattes en voliges d'environ 5cm de large placées en travers du plafond à l'extérieur suffisent à solidariser les planches entre elles.

Un film plastique agrafé sur les bords recouvre le tout pour éviter les courants d'air entre les lames. Il protège l'intérieur de la roulotte de la pluie durant cette phase du chantier.

Ces travaux nécessitent un échafaudage. Quelques voliges suffisent à construire une structure robuste qui soutient les plateaux.

Ces planches supporteront les panneaux d'isolation
Le bord de l'isolation du plafond supportera le toit

6°) Support de l'isolation

Des voliges verticales de 10cm de large (correspondant à l'épaisseur de l'isolation) sont vissées sur les murs tous les 60cm.

Deux autres voliges courent le long de la roulotte, en haut à la jonction du plafond et des murs, vissées sur les voliges verticales. Elles retiendront l'isolant du toit.

Elles vont jusqu'à recouvrir la terrasse et maintiennent les haut des deux colonnes en chevrons qui supporteront l'avancée du toit.

Le plafond supporte les panneaux d'isolation
Ces lattes sur le pare-pluie supporteront le toit

7°) La charpente

Il n'y a pas de charpente, les différentes couches de matériaux reposent sur le plafond.

Les panneaux d'isolant sont posés sur le plafond dans le sens de la longueur. Ils sont suffisamment souples pour épouser la courbure du toit. Chaque rangée est séparée par une volige de 10cm

L'isolant est recouvert d'un film pare-pluie perméable à la vapeur d'eau. Il est sommairement agrafé sur les voliges de séparation.

Des lattes de voliges de 3m x 5cm, choisies souples et sans noeuds, sont vissées en travers du toit tous les 60cm sur les voliges de bord et de séparation.

Elles reproduisent le cintre du plafond et assurent la lame d'air de ventilation sous la toiture.

Il reste à réaliser un dernier cintre, à la même courbure que le toit, richement décoré si possible, pour supporter l'avancée du toit sur la terrasse.

Le livre "Construire sa Roulotte" explique tous les détails de ces opérations avec de nombreux croquis.
Une ultime couche de voliges supportera l'étanchéité
La membrane d'étanchéité en Rhépanol se pose facilement

8°) Toiture

Comme pour le plafond, une série de voliges découpées à 10cm, mais qu'il est cette fois inutile de poncer, sont fixées sur les lattes.

Elles doivent déborder largement de la roulotte car il faudra recouvrir l'isolant des murs et déborder du bardage de 5 à 10cm. Plus le toit déborde, au mieux il protège de la pluie.

L'étanchéité est assurée par le « Rhépanol » une membrane robuste et particulièrement facile à poser grâce a ses bords autocollants. Elle est conçue pour durer plus de 50 ans.

La porte et les fenêtres sont auto-construites
Le champ est libre pour l'aménagement intérieur et la déco

9°) Terminer

Il reste à traiter les murs. Ils sont isolés comme le toit avec la fibre de bois recouverte du pare pluie.

Les planches extérieures, le bardage, servent de protection mécanique.

Les portes et les fenêtres sont autoconstruite en voliges et équipées de double vitrage. Poser des menuiseries standard aurait permis de gagner beaucoup de temps, mais l'aspect de la roulotte aurait été plus classique.

L'aménagement intérieur ne présente pas de difficulté, les éléments se vissent facilement dans les panneaux de bois. Les techniques sont les mêmes que celles de la construction de meubles...

Alain DELANGE, Siret 331 381 210 00045 - TVA non applicable, article 293B du GCI
51 Avenue Philippe de Girard, 84160 CADENET, FRANCE
email : contact@bois-facile.com, internet : www.bois-facile.com®
Copyright © Alain DELANGE 2011..13
Spreadfirefox mysql php ubuntu Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !