Une roulotte à construire soi-même

Le plaisir de la décoration

Une roulotte rien que pour la décoration!

Construire une roulotte rien que pour la déco

Cette roulotte a été construite dans le seul but d'obtenir un bel objet décoratif : une chambre d'ami, un coin pour la lecture, un atelier de peinture...

La priorité a été donnée à l'esthétique. La roulotte n'est pas isolée et les fentes dans les cloisons sont nombreuses... mais qu'importe car il est question de ne l'occuper qu'à la belle saison... et d'ailleurs c'est peut-être cela qui lui donne son cachet. Nous ne voulions pas d'une caravane.

Les dimensions

L'intérieur mesure exactement 200cm x 400cm, comme la roulotte du livre "Construire sa Roulotte". Les murs sont beaucoup plus minces, 5cm au lieu de 15cm, ce qui nous permet d'avoir plus de débord de toit tout en restant dans le gabarit routier.

La terrasse couverte mesure environ 1m de profondeur. Suffisamment donc pour qu'une porte à simple battant de 90cm puisse s'ouvrir complètement.

Les murs mesurent 190cm de haut de façon à atteindre 205cm au milieu de la voûte du plafond.

L'alcôve abrite un couchage douillet de 140x200

L'aménagement

L'aménagement de la roulotte est conforme à la tradition : un couchage en 140 au fond séparé du petit salon par deux placards en encoignures. La construction des portes vitrées est décrite dans le livre "Le Buffet".

Les miroirs des portes et leur disposition en diagonale visent à augmenter l'espace apparent.

La table ancienne et le fauteuil en rotin on été remplacés par une table ronde aux bord rabattants et une paire de chaises simplifiées. L'ensemble a été construit en un clin d'œil à partir des explications des livres "La Table Express" et "La Chaise Basique".

Un bel espace pour rêver, dormir, déjeuner, lire ou travailler.
Des meubles faits en un clin d'œil.
Le bureau de rêve.
Le châssis est tout en bois pour en faciliter de construction.

La construction de la roulotte en photos

Châssis

Le châssis est construit selon les explications sur livre "Construire sa Roulotte". Il est donc entièrement en bois et dépourvu de de suspension. Encore plus simple, il n'a pas de moyen de freinage et les roues avant ne sont pas orientables.

Le châssis est mis en place monté au sol. Nous prenons soin de le caler parfaitement en veillant à ce qu'il soit assez haut pour pouvoir le soulever avec un cric au moment de placer les roues.

Les feuillures empêchent de voir le sol à travers le plancher

Plancher

Le plancher, comme l'essentiel de la roulotte, est aussi en voliges. Ces planches ont le défaut de se rétracter en séchant. Il n'est pas rare de constater par temps sec l'apparition de fentes de presque un demi-centimètre entre des planches qui étaient pourtant jointives lors de la construction.

Comme il n'est pas très agréable de voir le sol à travers le plancher, nous avons pratiqué des feuillures à la défonceuse sur la moitié de l'épaisseur des planches.

Si nous avions utilisé comme d'habitude un panneau de "trois-plis" pour faire le plancher, nous nous serions évité bien du travail... et l'utilisation d'une défonceuse.

Les murs sont en trois épaisseurs de voliges avec des panneaux flottants.
Les quatres murs assemblés entre eux et vissés au plancher.

Murs

Les quatre murs sont construits un par un à plat sur le plancher. Des cadres en trois épaisseurs de voliges accueillent des panneaux flottants.

Les planches des panneaux ont été toutes délignées à la même largeur, leurs arêtes abattues à 45° à l'aide de la défonceuse, puis soigneusement poncées.

Elles sont collées les unes contre les autres, et montées libres entre les planches des montants. Un tel panneau peut se rétracter de presque 2cm en quelques jours de temps sec en se dilater d'autant au cours d'une période pluvieuse.

Nous avons voulu donner l'illusion d'une construction traditionnelle avec ossature chevillée et panneaux flottants, en n'utilisant que les techniques simples du "Bois-Facile".

Les murs de la roulotte sont construits selon le principe de "La Roulotte des Enfants" : trois épaisseurs de voliges donnent du relief et le plancher sert de gabarit de montage. Une fois terminés ils sont fixés entre eux et au plancher par de nombreuses vis et équerres métalliques. Par la suite nous avons du les renforcer par des montants en chevrons.

Si le rendu esthétique est au rendez-vous, la réalisation est un peu laborieuse. Il y a beaucoup de coupes, de ponçage, de vis et énormément de colle. C'est une belle expérience que nous ne renouvellerons pas sous cette forme. Elle aura eu le mérite de nous convaincre que les grands panneaux de "trois-plis" sont bien le matériau adapté à ces constructions. Si volige est avantageuse à l'achat, l'économie ne compense pas le surcroît de travail occasionné tant à la construction qu'à la finition et le surcoût dû aux achats de fournitures onéreuses.

De longs chevrons supportent le toit.

Toit et plafond

Le toit est en deux épaisseurs pour éviter la surchauffe l'été, et pour favoriser l'esthétique de l'espace intérieur.

Un plafond en voliges délignées et soigneusement poncées prend appui sur les murs arrondis et sur la séparation de l'alcôve. Il est recouvert d'un film plastique pour l'étanchéité à l'air et au poussières et de cartons agraffés pour améliorer l'isolation.

Des chevrons de 5,5m de long posés sur le plafond dépassent vers l'avant pour créer la charpente de la terrasse. Ils supportent des lattes transversales assez étroites pour être suffisamment souples, qui elles-mêmes supportent les voliges du toit.

Un coupon de bâche PVC recyclée, collé par endroits et rabattu sous les bords du toit assure l'étanchéité à la pluie pour une dizaine d'années.

Les fenêtres sont auto-construites.

Portes et Fenêtres

Les portes et fenêtres sont construites par nous-mêmes. Cela nous permet d'obtenir pour un budget dérisoire en deux ou trois jours des menuiseries de dimensions hors standard et d'un style qui nous est propre.

Une double porte avec une vraie serrure à construire soi-même

La double porte comme les fenêtres sont conçues pour accueillir des vitres rectangulaires faciles à se procurer et économiques tout en ayant des formes arrondies du meilleur effet. Elles sont faites en suivant les explications du livre "Construire sa Roulotte" par superposition de trois épaisseurs de voliges.

La construction des ouvrants et le plus difficile . Heureusement, on peut les faire en stage.

Une splendire décoration en relief... à réaliser en toute facilité.

Fronton

Nous soignons particulièrement le fronton de la roulotte. Sa vocation première est de dissimuler les extrémités des chevrons particulièrement inesthétiques. La décoration en relief est obtenue en découpant les formes (le rebord, les motifs floraux...) dans des chûtes de planches. Le motif est reconstitué en collant au "Sikaflex" les multiples morceaux sur le fronton. Le livre "Le Buffet" explique parfaitement les astuces mises en œuvres ici.

Les trous des vis, les fausses coupes, les défauts sont comblés au "Sintobois".

ev Le fronton arrière est découpé selon le même gabarit, mais il ne reçoit pas de décoration en relief.

Tous les styles sont permis.

Frises

Traditionnellement le haut des murs est orné d'une frise décorative. Nous n'allons pas nous priver de ce plaisir, d'autant plus que la scie sauteuse autorise toutes les fantaisies. Le motif retenu ici est inspiré du style de l'Inde.

La scie sauteuse fait merveille pour découper de telles frises.

Les planches sont plaquées au sommet des murs sous le rebord du toit, en laissant 1,5cm pour la ventilation de l'espace entre toit et plafond pour éviter la surchauffe.

De jolies décorations qui enrichissent la roulotte pour masquer un défaut de conception.

Panneaux

Certains panneaux ont rétréci plus que prévu et des fentes de presque 2cm de large sont apparues par endroit.

Pour régler le problème avec élégance, nous allons ajouter une baguette de quelques centimètres de large au sommet de tous les panneaux, agrémentée de deux petits ornements.

ev
La découpe de ces ornements est un véritable jeu d'enfant

Là encore la scie sauteuse fait merveille, il faut moins d'une heure pour terminer la découpe de ces petites pièces pourtant fort nombreuses.

Mise en couleur sur la couche d'aprêt

Mise en couleur

Là aussi la liberté est totale. Le temps passé à choisir la palette de couleurs dans le nuancier est un vrai régal.

Le ruban adhésif de masquage facilite les raccords de couleur.

Nous sommes partis d'une consigne de base : rouge en bas et vert en haut. Si le rouge retenu est assez classique, le vert (une préconisation de la plasticienne Corine Leridon) est plus audacieux. Il se retrouve à l'intérieur de la roulotte en plusieurs nuances. Le plafond est peint d'un bleu ciel qui aère l'intérieur.

Le strict minimum récupéré sur un train arrière de 205.

Les roues

Les roues sont récupérées sur des trains arrières de 205 dont on ne garde que les fusées, les roulements et les tambours. Les barres de torsions sont soudées sur la fusée pour faciliter l'adaptation du métal sur la planche de bois qui sert d'essieu.

Le démontage de la fusée est plus simple que ce que l'on s'imagine. Il suffit en effet de déposer le gros écrou qui tient la roue et de déboiter le tambour. Quelques coups de massette sur le bout de la fusée et un peu de conviction auront tôt fait de l'extraire de son logement.

La roulotte est facile à maneuvrer quand les roues sont placées comme ceci

Manœuvres

La roulotte se manœuvre assez bien même avec des roues fixes : on arrive à la soulever, pourvu que l'on soit plusieurs (ho-hisse!), pour la réorienter.

La position des essieux sous la roulotte peut se modifier facilement car ils sont à peine fixés au châssis. Quand il y a besoin que l'engin soit plus facile à manœuvrer, les roues sont déplacées provisoirement vers le milieu, autour du centre de gravité. Nous nous retrouvons dans le cas de figure des grosses caravanes à deux essieux. Une personne seule peut la faire pivoter.

L'expérience nous a appris que le train avant orientable n'était pas très pratique pour déplacer la roulotte à la main, ce système est préférable.

La roulotte est assez légère pour se charger avec une grue.

Transport

Même si elle est relativement légère (1 tonne environ), la manutention et le transport de la roulotte sont un peu délicat. Ce n'est pas un véhicule solide que l'on peut attacher par les roues, ni une palette de sacs de ciments.

Les sangles sont un peu courtes et forment un "V" trop étroit. Des planches répartissent l'effort le long du bord du toit pour le protéger.

Pour le transport, la roulotte est bloquée par de cales sous les essieux et le châssis est fortement sanglé au poids lourd. Le chauffeur conduit avec prudence et choisit son itinéraire en fonction de la hauteur du convoi.

La page de réservation de YesWeCamp

Voir la roulotte de près

Pour l'été 2013 la roulotte est sur le site du camping de Marseille ouvert à l'Estaque à l'occasion de l'événement "Marseille 2013".

YesWeCamp est bien plus qu'un camping, c'est un site à la programmation artistique riche (résidences d'artistes, spectacles...) qui est agréable à visiter et peut-être aussi prétexte à une sortie.

Il est même possible d'y réserver des nuitées à partir du mois d'août. C'est l'occasion d'examiner de près l'intérieur pour se rendre compte que la construction d'un tel objet n'est pas hors de portée...

En savoir plus 
Résidence de Corine Leridon à YesWeCamp, Peintures Corporelles

Alain DELANGE, Siret 331 381 210 00045 - TVA non applicable, article 293B du GCI
51 Avenue Philippe de Girard, 84160 CADENET, FRANCE
email : contact@bois-facile.com, internet : www.bois-facile.com®
Copyright © Alain DELANGE 2011..13
Spreadfirefox mysql php ubuntu Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !